Le psyEN en période de COVID-19, éclairage de Claire Leconte

Le psyEN en période de COVID-19, éclairage de Claire Leconte

L’AFPEN a demandé à Claire Leconte, spécialiste des rythmes de l’enfant et adolescent , ancienne directrice du centre de formation des psychologues scolaire de Lille, de nous dire comme les psyEN en cette période très particulière, peuvent travailler. Voici sa réponse :

Les PsyEN peuvent s’enquérir régulièrement, par téléphone quand cela n’est pas possible autrement, de ce que font les enfants qu’ils savent être plus fragiles, proposer de l’aide aux parents qui se trouvent en difficulté, pouvoir les rassurer.
Ils peuvent donner des conseils, surtout quand ils leur sont demandés, même s’ils n’ont pas dans l’immédiat le conseil attendu, ils peuvent dire qu’ils vont s’occuper de trouver une réponse.
Il est évident que beaucoup de parents vont vivre ce moment comme étant anxiogène, ils ne sont pas enseignants, auront peur que leur enfant perde du temps, qu’eux-mêmes ne seront pas à la hauteur.
Dans ce contexte, proposer de pouvoir être joints pendant les horaires de classe peut être très utile pour certains d’entre eux.

Il est encore plus que souhaitable que les équipes, professeurs des écoles, professionnels du RASED dont les psyEN, ne perdent pas le contact entre eux. Qu’ils puissent échanger régulièrement rassurera chacun et permettra aussi de se donner des conseils et des idées auxquels tout le monde ne pense pas forcément en même temps.
Là aussi, cela peut devenir une nouvelle forme de travail en équipe, salutaire pour tous les enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.