Les missions du psychologue de l’Education nationale

mis à jour le 06 mars 2017


Les missions du psychologue de l’Education nationale. Journal Officiel du 1er février 2017 et dont l’article 3 entre en vigueur au 1er septembre 2017

Art. 3. – Les psychologues de l’éducation nationale contribuent, par leur expertise, à la réussite scolaire de tous les élèves, à la lutte contre les effets des inégalités sociales et à l’accès des jeunes à une qualification en vue de leur insertion professionnelle. Ils mobilisent leurs compétences professionnelles au service des enfants et des adolescents pour leur développement psychologique, cognitif et social. Auprès des équipes éducatives, dans l’ensemble des cycles d’enseignement, ils participent à l’élaboration des dispositifs de prévention, d’inclusion, d’aide et de remédiation. Ils interviennent notamment auprès des élèves en difficulté, des élèves en situation de handicap, des élèves en risque de décrochage ou des élèves présentant des signes de souffrance psychique. Ils concourent à l’instauration d’un climat scolaire bienveillant et, lorsque les circonstances l’exigent, participent aux initiatives prises par l’autorité académique dans le cadre de la gestion des situations de crise.

Le plus souvent au sein des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté et dans les écoles dans lesquelles ils interviennent, sous l’autorité du recteur d’académie et sous la responsabilité de l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription dans laquelle ils exercent, les psychologues de l’éducation nationale de la spécialité «éducation, développement et apprentissages» mobilisent leurs compétences en faveur du bien-être psychologique et de la socialisation de tous les enfants. Ils contribuent à l’analyse des situations individuelles en liaison étroite avec les familles et les enseignants et accompagnent en tant que de besoin les équipes pédagogiques dans les actions visant la mobilisation des élèves dans leur scolarité. Ils participent aux actions de prévention des risques de désinvestissement et de rupture scolaires, concourent au repérage et à l’analyse des difficultés d’apprentissage des élèves et apportent un éclairage particulier permettant leur prise en charge, leur suivi et leur résolution.

Sous l’autorité du recteur d’académie et du directeur du centre d’information et d’orientation dans lequel ils sont affectés et en lien avec l’inspecteur de l’éducation nationale en charge de l’information et de l’orientation, les psychologues de l’éducation nationale de la spécialité «éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle» contribuent à créer les conditions d’un équilibre psychologique des adolescents favorisant leur investissement scolaire. Ils conseillent et accompagnent tous les élèves et leurs familles, ainsi que les étudiants, dans l’élaboration de leurs projets scolaires, universitaires et professionnels. En lien avec les équipes de direction des établissements, ils contribuent à la conception du volet orientation des projets d’établissement ainsi qu’à la réflexion et à l’analyse des effets des procédures d’orientation et d’affectation. Ils participent aux actions de lutte contre le décrochage et, en lien avec le service public régional de l’orientation, au premier accueil de toute personne en recherche de solutions pour son orientation.

Les psychologues de l’éducation nationale qui dirigent un centre d’information et d’orientation ont autorité sur l’ensemble des personnels du centre. Ils en arrêtent le projet d’activités en concertation avec les chefs d’établissement et en assurent la direction et la mise en oeuvre. Ils veillent à la cohérence des actions conduites en matière d’information, d’orientation, de conseil et d’accompagnement des parcours, au centre d’information et d’orientation et dans les établissements, et en analysent les résultats. Ils contribuent aux partenariats locaux en termes d’expertise et d’animation des réseaux.


pour mémoire :
Les ex- missions des psychologues scolaires étaient définies dans une circulaire du 10 avril 1990.

Ils exercent leur fonction au niveau des cycles définis dans la loi d’orientation (école maternelle et élémentaire),
les psychologues scolaires participent à la lutte contre l’échec scolaire dans le cadre des Réseaux d’Aide Spécialisés aux Elèves en Difficulté (RASED qui se substituent aux Groupes d’Aide Psycho-Pédagogique ou GAPP).

Ils interviennent également dans l‘intégration des élèves handicapés dans l’enseignement ordinaire et dans l’orientation vers les classes et établissements spécialisés pour les élèves en grave difficulté.

La prévention des inadaptations reste une priorité pour les psychologues scolaires qui ont des interventions de suivi psychologique aussi bien auprès des enfants que des parents et des enseignants dans une perspective de changement des attitudes éducatives. Cette action sur l’environnement scolaire est encore soulignée par la participation au projet d’école.

Enfin la contribution des psychologues scolaires à des actions de formation des personnels et à des recherches sur le terrain est recommandée.

La plupart de ces missions s’effectue en équipes pluridisciplinaires et la capacité de travailler collectivement est une qualité majeure exigée du psychologue scolaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.