Thursday 13 August 2020

COVID-19 Ressources et Conseils

Concours Psy-EN , statut et missions

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, formations

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Offres d’emploi

Vous êtes ici : COVID-19 Ressources et Conseils > Ressources pendant le confinement >

Recommandations de l’OMS sur la Santé mentale et considérations psychosociales de COVID-19

jeudi 19 mars 2020


Recommandations de l’OMS sur la Santé mentale et considérations psychosociales de COVID-19

Sources en anglais : https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/mental-health-considerations.pdf

Vous trouverez ci-dessous le texte de l’OMS sur des recommandations face au Coronavirus pour la Santé mentale et des considérations psychosociales.

Nous prenons la liberté de mettre en premier et en avant les considérations concernant des éléments importants pour les enfants.

Vous trouverez aussi en lien des commentaires de ces recommandations sur le site de santé magazine : https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/coronavirus-les-recommandations-de-loms-pour-proteger-sa-sante-mentale-432810

En janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie d’une nouvelle maladie à coronavirus était une urgence de santé publique de portée internationale. L’OMS a déclaré qu’il existe un risque élevé de propagation de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) dans d’autres pays du monde. En mars 2020, l’OMS a estimé que COVID-19 pouvait être qualifié de pandémie.
L’OMS et les autorités de santé publique du monde entier agissent pour contenir l’épidémie de COVID-19. Cependant, cette période de crise génère du stress dans la population. Ces considérations sur la santé mentale ont été élaborées par le Département de la santé mentale et de la toxicomanie de l’OMS sous forme de messages ciblant différents groupes pour soutenir le bien-être mental et psychosocial pendant la flambée de COVID-19
.

Pour les enfants

19. Aidez les enfants à trouver des moyens positifs d’exprimer des sentiments tels que la peur et la tristesse. Chaque enfant a sa propre façon d’exprimer ses émotions. Parfois, s’engager dans une activité créative, comme jouer et dessiner, peut faciliter ce processus. Les enfants se sentent soulagés s’ils peuvent exprimer et communiquer leurs sentiments dans un environnement sûr et favorable.

20. Gardez les enfants près de leurs parents et de leur famille, si cela est considéré comme sûr pour l’enfant, et évitez autant que possible de séparer les enfants et leurs tuteurs. Si un enfant doit être séparé de son principal « donneur de soins », assurez-vous que des soins alternatifs appropriés soient fournis et qu’un travailleur social, ou l’équivalent, suivra régulièrement l’enfant. De plus, assurez-vous que pendant les périodes de séparation, des contacts réguliers avec les parents et les tuteurs sont maintenus, tels que des appels téléphoniques ou vidéo programmés deux fois par jour ou toute autre communication adaptée à l’âge (par exemple, les médias sociaux en fonction de l’âge de l’enfant).

21. Maintenez autant que possible des routines familières dans la vie quotidienne ou créez de nouvelles routines, surtout si les enfants doivent rester à la maison. Offrez aux enfants des activités engageantes adaptées à leur âge, y compris des activités d’apprentissage. Dans la mesure du possible, encouragez les enfants à continuer à jouer et à socialiser avec les autres, même si ce n’est qu’au sein de la famille lorsqu’il est conseillé de restreindre le contrat social.

22. En période de stress et de crise, il est courant que les enfants recherchent plus d’attachement et soient plus exigeants envers les parents. Discutez de COVID-19 avec vos enfants de manière honnête et adaptée à leur âge. Si vos enfants ont des inquiétudes, les aborder ensemble peut atténuer leur anxiété. Les enfants observeront les comportements et les émotions des adultes pour savoir comment gérer leurs propres émotions pendant les moments difficiles.

Pour la Population générale

1. COVID-19 a affecté et est susceptible d’affecter des personnes de nombreux pays, dans de nombreuses zones géographiques. Ne l’attachez à aucune ethnie ou nationalité. Soyez empathique envers tous ceux qui sont touchés, dans et depuis n’importe quel pays. Les personnes touchées par Covid-19 n’ont rien fait de mal et méritent notre soutien, notre compassion et notre gentillesse.

2. Ne référez pas aux personnes atteintes de la maladie en tant que « cas COVID-19 », « victimes » « familles COVID-19 » ou « malades ». Ce sont « des gens qui ont COVID-19 », « des gens qui sont traités pour COVID-19 », « des gens qui se remettent de COVID-19 » et après avoir récupéré de COVID-19, leur vie continuera avec leur travail, leur famille et leurs proches. Il est important de séparer une personne d’une identité définie par COVID-19, afin de réduire la stigmatisation.

3. Réduisez au minimum le fait de regarder, de lire ou d’écouter des nouvelles qui vous font ressentir de l’anxiété ou de la détresse ; rechercher des informations uniquement à partir de sources fiables et principalement pour prendre des mesures pratiques pour préparer vos plans et vous protéger ainsi que vos proches. Recherchez des mises à jour d’informations à des moments précis de la journée, une ou deux fois. Le flux soudain et presque constant de reportages sur une épidémie peut inquiéter quiconque. Obtenir les faits ; pas les rumeurs et la désinformation. Recueillir des informations à intervalles réguliers, depuis le site Web de l’OMS et les plateformes des autorités sanitaires locales, afin de vous aider à distinguer les faits des rumeurs. Les faits peuvent aider à minimiser les peurs.

4. Protégez-vous et soutenez les autres. Aider les autres en cas de besoin peut profiter à la personne qui reçoit du soutien ainsi qu’à l’aide. Par exemple, l’enregistrement par téléphone auprès de voisins ou les gens de votre communauté qui pourraient avoir besoin d’une aide supplémentaire. Travailler ensemble comme une seule communauté peut aider à créer une solidarité en abordant Covid-19 ensemble.

5. Trouvez des occasions d’amplifier des histoires positives et pleines d’espoir et des images positives de la population locale qui a expérimenté COVID-19. Par exemple, des histoires de personnes qui se sont rétablies ou qui ont soutenu un être cher et qui sont disposées à partager leur expérience.

6. Honorez les gardiens et les travailleurs de la santé qui soutiennent les personnes atteintes de COVID-19 dans votre communauté. Reconnaissez le rôle qu’ils jouent pour sauver des vies et protéger vos proches.

Pour les agents de santé

7. Pour les agents de santé, se sentir sous pression est une expérience probable pour vous et pour beaucoup de vos collègues agents de santé. Il est tout à fait normal de ressentir cela dans la situation actuelle. Le stress et les sentiments qui y sont associés ne sont nullement le reflet que vous ne pouvez pas faire votre travail ou que vous êtes faible. Gérer votre santé mentale et votre bien-être psychosocial pendant cette période est aussi important que gérer votre santé physique.
8. Prenez soin de vous en ce moment. Essayez d’utiliser des stratégies d’adaptation utiles telles que garantir un repos et un répit suffisants pendant le travail ou entre le travail, manger des aliments suffisants et sains, pratiquer une activité physique et rester en contact avec la famille et les amis. Évitez d’utiliser des stratégies d’adaptation inutiles comme le tabac, l’alcool ou d’autres drogues. À long terme, cela peut aggraver votre bien-être mental et physique. Il s’agit d’un scénario unique et sans précédent pour de nombreux travailleurs, en particulier s’ils n’ont pas été impliqués dans des réponses similaires. Néanmoins, l’utilisation de stratégies qui ont fonctionné pour vous dans le passé pour gérer les périodes de stress peut vous être bénéfique maintenant. Vous savez très probablement comment vous détendre et vous ne devriez pas hésiter à vous maintenir psychologiquement bien. Ce n’est pas un sprint ; c’est un marathon.

9. Certains travailleurs de la santé peuvent malheureusement être évités par leur famille ou leur communauté en raison de la stigmatisation ou de la peur. Cela peut rendre une situation déjà difficile beaucoup plus difficile. Si possible, rester en contact avec vos proches, y compris par des méthodes numériques, est un moyen de maintenir le contact. Tournez-vous vers vos collègues, votre manager ou d’autres personnes de confiance pour un soutien social, vos collègues peuvent avoir des expériences similaires à vous.

10. Utilisez des moyens compréhensibles pour partager des messages avec des personnes ayant des déficiences intellectuelles, cognitives et psychosociales. Des formes de communication qui ne reposent pas uniquement sur des informations écrites doivent être utilisées si vous êtes chef d’équipe ou gestionnaire dans un établissement de santé.

11. Savoir comment apporter un soutien aux personnes touchées par COVID-19 et savoir comment les associer aux ressources disponibles. Ceci est particulièrement important pour ceux qui ont besoin de santé mentale et de soutien psychosocial. La stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale peut entraîner une réticence à demander du soutien pour le COVID-19 et les problèmes de santé mentale.

12. Le guide d’intervention humanitaire comprend des conseils cliniques pour traiter les problèmes de santé mentale prioritaires et est conçu pour être utilisé par les agents de santé généraux. Les chefs d’équipe ou les gestionnaires des établissements de santé

13. En protégeant tout le personnel contre le stress chronique et une mauvaise santé mentale au cours de cette réponse, ils ont une meilleure capacité à remplir leurs rôles. N’oubliez pas que la situation actuelle ne disparaîtra pas du jour au lendemain et que vous devriez vous concentrer sur la capacité professionnelle à long terme plutôt que sur les réponses répétées à court terme aux crises.

14. Assurer une communication de bonne qualité et des mises à jour précises des informations à fournir à tout le personnel. Faire tourner les travailleurs des fonctions à stress élevé vers des fonctions à stress moindre. Associez des travailleurs inexpérimentés à leurs collègues plus expérimentés. Le système de jumelage aide à fournir un soutien, à surveiller le stress et à renforcer les procédures de sécurité. Assurez-vous que le personnel de proximité pénètre dans la communauté par deux. Initier, encourager et surveiller les pauses de travail. Mettre en place des horaires flexibles pour les travailleurs qui sont directement touchés ou dont un membre de la famille est touché par un événement stressant. Assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour que vos collègues se soutiennent mutuellement.

15. Si vous êtes chef d’équipe ou gestionnaire dans un établissement de santé, facilitez l’accès aux services de santé mentale et de soutien psychosocial et assurez-vous qu’ils savent où ils peuvent accéder. Les gestionnaires et les chefs d’équipe sont également confrontés à des facteurs de stress similaires à ceux de leur personnel, et potentiellement à une pression supplémentaire dans le niveau de responsabilité de leur rôle. Il est important que les dispositions et stratégies ci-dessus soient en place à la fois pour les travailleurs et les gestionnaires, et que les gestionnaires puissent être un modèle unique de stratégies d’auto-soins pour atténuer le stress.

16. Les personnels chargées de l’orientation des malades, y compris les infirmières, les ambulanciers, les bénévoles, les identificateurs de cas, les enseignants et les dirigeants communautaires et les travailleurs dans les sites de quarantaine, sur la façon de fournir un soutien émotionnel et pratique de base aux personnes affectées en utilisant les premiers soins psychologiques.

17. Gérer les urgences de santé mentale et les plaintes neurologiques (ex. délire, psychose, anxiété grave ou dépression) dans les établissements de soins de santé d’urgence ou généraux. Il peut être nécessaire de déployer du personnel formé et qualifié approprié dans ces endroits avec les autorisations des employés, la capacité du personnel de santé en santé mentale et le soutien psychosocial devraient être augmentées.

18. Assurer la disponibilité de médicaments psychotropes génériques essentiels à tous les niveaux des soins de santé. Les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale à long terme ou des crises d’épilepsie auront besoin d’un accès ininterrompu à leur médicament, et un arrêt soudain devrait être évité.

Pour les personnes âgées

23. Les personnes âgées, en particulier isolées et celles souffrant de déclin cognitif / démence, peuvent devenir plus anxieuses, en colère, stressées, agitées et s’isolées pendant l’épidémie / en quarantaine. Fournir un soutien pratique et émotionnel par le biais de réseaux informels (familles) et de professionnels de la santé.

24. Partagez des faits simples sur ce qui se passe et donnez des informations claires sur la façon de réduire le risque d’infection en des termes compréhensibles pour les personnes âgées avec ou sans déficience cognitive. Répétez les informations chaque fois que nécessaire. Les instructions doivent être communiquées de manière claire, concise, respectueuse et patiente. Il peut également être utile d’afficher des informations par écrit ou sous forme d’images. Engagez leur famille et d’autres réseaux de soutien à fournir des informations et à les aider à pratiquer des mesures de prévention (par exemple, lavage des mains, etc.)

25. Si vous avez un problème de santé sous-jacent, assurez-vous d’avoir accès à tous les médicaments que vous utilisez actuellement. Activez vos contacts sociaux pour vous aider si besoin

26. Préparez-vous et sachez à l’avance où et comment obtenir une aide pratique si nécessaire, comme appeler un taxi, faire livrer des aliments et demander des soins médicaux. Assurez-vous d’avoir jusqu’à 2 semaines de tous vos médicaments habituels.

27. Apprendre de simples exercices physiques quotidiens à effectuer à la maison, en quarantaine ou en isolement pour maintenir la mobilité et réduire l’ennui.

28. Gardez les routines et les horaires réguliers autant que possible ou aidez à en créer de nouveaux dans un nouvel environnement, y compris des exercices réguliers, le nettoyage, les tâches quotidiennes, le chant, la peinture ou d’autres activités. Aidez les autres, grâce au soutien des pairs, à la vérification des voisins et à la garde d’enfants pour le personnel médical restreint dans les hôpitaux luttant contre le COVID-19 lorsqu’ils sont en sécurité, conformément aux précédents. Gardez un contact régulier avec vos proches (par exemple par téléphone ou par d’autres accès).

29. Préparez un sac de sécurité personnel. Le pack peut comprendre un résumé des informations personnelles de base, des contacts disponibles, des informations médicales, des médicaments réguliers pendant deux semaines, des collations préférées stockables, une bouteille d’eau et des vêtements personnels.

Pour les Personnes isolées

30. Restez connecté et entretenez vos réseaux sociaux. Même isolé, essayez autant que possible de conserver vos routines quotidiennes personnelles ou de créer de nouvelles routines. Si les autorités sanitaires ont recommandé de limiter votre contact social physique pour contenir l’épidémie, vous pouvez rester connecté via e-mail, médias sociaux, vidéoconférence et téléphone.

31. En période de stress, faites attention à vos propres besoins et sentiments. Participez à des activités saines que vous aimez et que vous trouvez relaxantes. Faites de l’exercice régulièrement, gardez des routines de sommeil régulières et mangez des aliments sains. Garder les choses en perspective. Les agences de santé publique et les experts de tous les pays travaillent sur l’épidémie pour garantir la disponibilité des meilleurs soins aux personnes touchées.

32. Un flux quasi constant de reportages sur une épidémie peut faire ressentir de l’anxiété ou de la détresse à quiconque. Recherchez des mises à jour des informations et des conseils pratiques à des moments précis de la journée auprès des professionnels de la santé et du site Web de l’OMS et évitez d’écouter ou de suivre des rumeurs qui vous mettent mal à l’aise


Pour rester informé

Trouvez les dernières informations de l’OMS sur la diffusion de COVID-19 :

Site de l’OMS en langue française

https://www.who.int/fr

Des conseils de l’OMS sur COVID-19, en langue française

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

Publications diverses sur le covid-21 Ressources intéressantes en anglais.
https://www.epi-win.com/resources

Note d’information sur les aspects de santé mentale et psychosociale de COVID-19

https://interagencystandingcommittee.org/iasc-reference-group-mental-health-and-psychosocial-support-emergency-settings/briefing-note-about