Sunday 01 August 2021

COVID-19 Ressources et Conseils

Concours Psy-EN , statut et missions

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, formations

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Offres d’emploi

Psychologie & Éducation 2021-2

Psychologue à l’école : découverte et questionnements

mercredi 16 juin 2021


Psychologie & Éducation 2021-2

Psychologue à l’école : découverte et questionnements


Chers collègues adhérents,

Vous pourrez lire ci-dessous l’éditorial de la revue de juin, composée d’articles de psychologues EN EDA qui nous invitent à partager leur découverte du milieu scolaire et leurs questionnements.

La revue Psychologie & Éducation est une revue entièrement associative. On peut s’abonner à titre individuel, avec son adhésion à l’AFPEN ou en passant par son institution.
Abonnez-vous !

Le comité de lecture
comite-lecture@afpen.fr
Bulletin d’abonnement sur : www.afpen.fr


Éditorial

À la suite de la création du corps des psychologues de l’Éducation nationale, (décret 2017-120 du 1er février 2017), huit centres de formation accueillent, à chaque rentrée universitaire, une promotion de psychologues stagiaires pour une année de professionnalisation. Sur une proposition de la directrice du Centre de Bordeaux fin 2020, des psychologues ont été invités à écrire un article à partir de leur travail universitaire réalisé l’année précédente. Huit parmi eux, de la spécialité EDA (Éducation, Développement et Apprentissage), ont répondu et se sont engagés avec les membres du comité de lecture dans la rédaction d’un article.

L’Écrit professionnel réflexif (EPR) est un travail qui articule une expérience de terrain avec une recherche théorique approfondie. Le psychologue stagiaire est amené à construire des outils pour appréhender les situations qui se présentent à lui, en faire l’analyse. Sa démarche, pragmatique et réflexive, se dessine au fil des hypothèses avancées, avec le souci de s’appuyer sur différentes approches théoriques. Elle le place au cœur du travail institutionnel. La lecture des EPR s’est révélée tout à fait passionnante. Chaque écrit part d’un point précis et déroule un cheminement qui va interroger la méthodologie. En s’attachant à des questions qui partent de l’expérience dans l’institution, ces travaux participent à la modélisation de la psychologie dans le champ scolaire. Ils viennent préciser et unifier les contours du métier, dont les représentations restent souvent liées aux approches théoriques de chacun. Ils mettent en valeur ce que le psychologue de l’Éducation nationale apporte, ce qu’il initie dans l’école et qui ne peut être fait ailleurs.

Nous remercions très chaleureusement les auteurs des articles pour cet important travail de réécriture. Merci également à Martine Alcorta, directrice du centre de Bordeaux, qui a initié cette collaboration. Cinq articles sont publiés dans ce numéro, les trois autres le seront dans celui de septembre.

D’une tentative de lien à la rupture : Tristan, un enfant à besoins si particuliers… La place du psychologue EN EDA interrogée.

Nelly Levalet propose une réflexion sur le travail du psychologue auprès d’un élève « à besoins particuliers ». Il est question de la souffrance psychique d’un enfant, aux conduites instables que le cadre de la classe ne peut contenir. L’auteure analyse les obstacles auxquels se heurte le suivi multi partenarial, qui viennent refléter en miroir la complexité et la violence de la situation. Elle interroge en particulier les relations entre l’école et les différents services partenaires, avec cet effet « millefeuille » quand les interventions peinent à se coordonner dans une démultiplication des prises en charge.

Difficultés et orientation

À partir de la situation de Tom, Audrey Besombes analyse le rôle du psychologue dans le travail d’orientation à l’école élémentaire et pointe les facteurs en jeu dans le processus. Comment, en amont, penser des aides pertinentes, et pas un soutien permanent qui enferme l’enfant ? Comment penser l’orientation sans risquer d’identifier le sujet à sa difficulté ? Comment ne pas céder à la tentation d’un diagnostic précoce avec ses effets de catégorisation ? Dans la démarche commune qui s’instaure avec les partenaires, le psychologue tient le cadre et garde une vision globale de ce qui se passe, avec au centre son écoute de la parole de l’élève.

La demande d’aide à la croisée des pratiques professionnelles
Pour Valérie Poirier, la demande incarne la relation qui s’engage entre le psychologue et l’enseignant. Écrite ou orale, injonctive ou réfléchie, elle convoque un « malentendu » quand doivent s’articuler le pédagogique, qui dit la difficulté à résoudre, et le psychologique, qui va chercher le sens qu’elle prend pour le sujet. Les stratégies et résistances de chaque partie sont examinées. Le psychologue aménage constamment les nécessités de la demande avec les fondements du métier : « Sans cette posture spécifique, le psychologue de l’Éducation nationale ne serait qu’un technicien de la psychologie au service de son institution. »

Prévenir le décrochage scolaire dès l’école élémentaire

Célia Pinho Reis a travaillé sur le décrochage scolaire comme processus, quand il apparaît tôt dans la vie de l’élève. Parmi les origines multifactorielles, le rôle du contexte, et de la part affective, est primordial. Il s’agit d’apporter des réponses à plusieurs niveaux, pas seulement sur le plan scolaire. La prévention est mise en avant. L’auteure insiste sur le rôle du psychologue face au risque de désinvestissement scolaire, un rappel des outils de bases, (observation, entretien, aménagements pédagogiques, travail en partenariat, etc.) pour rester du côté de la persévérance et l’« accrochage » scolaire dès la maternelle.

Le Psychologue de l’Éducation nationale face à la demande implicite ou comment identifier les ressources pour accompagner la souffrance institutionnelle ?

Le psychologue comme personne ressource pour les enseignants est un thème délicat. Comment intervenir quand le mal-être des adultes se donne à voir par des agirs qui remplacent la parole ? Aurélie Huyette aborde le thème de la souffrance de l’équipe, qui se double ici de l’enjeu de son intervention quand elle est témoin d’actes posés en sa présence. D’abord témoin, sans pouvoir agir, elle s’interroge : véritable demande ou fruit de son imagination ? L’auteure analyse ce qui se joue, sans éluder les attitudes défensives observées, y compris les siennes.

Ce numéro 2021-2 de la revue Psychologie & Éducation se conclut avec l’introduction du recueil des témoignages, L’école à contretemps
- Le confinement du printemps 2020 vécu par les professionnels, rassemblés il y a un an par le comité de lecture pour les revues de juin et de septembre 2020.

Livres et Revues

NOBLE, A. (2020). Jeu d’échecs, outil de médiation. (à compte d’auteur), France.

HEINIS M.
(2021). L’adolescence en veut ! Désir et transgression. Éditions ÉRÈS
Vocabulaire de psychanalyse avec les enfants et les adolescents

Sous la direction DE C. REY, D. JANIN-DUC, C. TYSZLER. 2021- Erès
PIGOZZI, L.
(2020). Périlleuse adolescence. Villematier, Erès

BAROU, J. (2020). Parents, enfants, école : approches transculturelles. Toulouse. Erès.

MAZEAU, M. & CERISIER-POUHET, M.  (2020). La mémoire à l’école, concrètement que faire ? La mémoire expliquée aux enfants – Ses troubles expliqués aux adultes. Édition Tom Pousse.

RIPOLL, T. (2020). Pourquoi croit-on ? Psychologie des croyances. Accent aigu Éditions Sciences Humaines.