Sunday 27 September 2020

COVID-19 Ressources et Conseils

Concours Psy-EN , statut et missions

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, formations

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Offres d’emploi

Vous êtes ici : Publications > Fiches de Lecture >

OSMALIN, P. (2019). Dire non à l’exclusion. Joseph Wresinski et les racines révolutionnaires d’un combat. Lyon, Chronique Sociale.

mardi 1er janvier 2019

Le comité de lecture de la revue Psychologie & Éducation a lu pour vous.

Dans cette rubrique, vous pouvez prendre connaissance des fiches de lecture rédigées par les membres du comité, à partir d’ouvrages envoyés à l’AFPEN par des éditeurs en sciences humaines.
Ces fiches sont publiées à la fin de chaque numéro de la revue Psychologie & Éducation.



OSMALIN, P. (2019). Dire non à l’exclusion. Joseph Wresinski et les racines révolutionnaires d’un combat. Lyon, Chronique Sociale.

Philippe Osmalin est metteur en scène, formateur-pédagogue et dirige la compagnie du théâtre de la Fugue. Il est très engagé dans la lutte contre l’exclusion. Il travaille ainsi avec des publics d’une grande mixité au sein de diverses organisations culturelles, éducatives, associative. Cette œuvre fait des va et vient entre l’Histoire et la fiction. Michèle Grinon, historienne, nous informe grâce à des inserts grisés au milieu du texte théâtral. Cet écrit est émaillé de photographies prises lors de représentations ou ateliers.

L’auteur nous fait voyager dans le temps. Nous nous retrouvons au cœur de la révolution française. Nous écoutons cinquante ans plus tard Victor Hugo. Puis, nous suivons pas à pas le sillage de Joseph Wresinski, créateur du mouvement « ATD quart Monde », devenu « Agir pour la dignité Quart monde ». Il fut lui-même confronté dans les années trente à la misère. Il s’est révolté et a voulu « agir ». Son arme : la diffusion de la culture dans les bidonvilles. L’école a toute sa place dans cette propagation.

Dans son livre, l’homme de théâtre s’interroge sur comment aller à la rencontre des plus démunis ? Comment favoriser l’expression des plus démunis ? Comment accueillir les paroles des plus démunis ? Comment permettre aux plus démunis d’être considérés comme des citoyens à part entière ? Comment donner à leur avis une valeur égale à celle des nantis ? Les gouvernants parlent alors de Réunion citoyenne, de grand débat, de cahier de doléances… Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? L’Histoire bégayerait-elle ? Et le problème n’est pas tout à fait résolu.

À suivre…