Jeudi 26 avril 2018

Statut Psy-EN/Concours Psy-EN

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, conférences

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Lettre internationale nov 2004

mardi 27 juin 2006


de l’AFPS.
N°17-novembre 2004
Supplément international au journal Echanges n°67-68
Version intégrale sur le site Internet www.afps.info

Sommaire
 Editorial par Rosène de Saint Hilaire responsable Commission internationale
 Compte rendu de la délégation AFPS au colloque d’Exeter
 L’AFPS à la 16e Conférence nationale des psychologues de l’éducation allemands
 L’esprit olympique représenté par les enfants : une initiative de l’ISPA.
 Notes de lecture :
 Revue suisse Psychologie et Education (Eva Unterlass)
 Journal de la NASP (Communiqué) JC Guillemard.
 Travaux de la commission internationale de l’AFPS

EDITO
Je rentre du colloque d’Exeter, satisfaite d’avoir revu et échangé avec nos collègues étrangers, qui finissent par devenir familiers malgré le temps et la distance.
Ils ont en effet en commun avec nous le goût du déplacement, la recherche de l’inattendu, de la "découverte" théorique ou pratique qui enrichirait, aussi bien l’exercice de notre fonction que celle de notre pensée.
Que rapporter de ce colloque ?
A partir des échanges et des diverses interventions à caractère scientifique, il semble que la tendance, en ce qui concerne les modalités de notre travail de psychologue en milieu scolaire, soit au pragmatisme, aux effets rapides, aux résultats constatables et visibles. Cette tendance semblerait se généraliser.
Nos collègues de Grande Bretagne s’interrogent sur l’incitation à utiliser la psychométrie, sur la mise en chiffre des "difficultés" de l’enfant. Ils s’interrogent sur une certaine prise de distance avec l’usage de la Clinique, dans l’exercice de nos fonctions.
Cependant quelle que soit leur origine géographique et culturelle, tous semblent partager la même éthique. Les discussions sur les modalités de travail, sur la manière de faire face à tel ou tel problème, étaient à l’ordre du jour.
Cette note optimiste sur une motivation et une exigence commune fait que nous sommes persuadés de l’importance de notre rôle dans l’institution, malgré les directives, les rapports, les orientations...
Au retour de ce "brainstorming " international, notre ego de psychologue va mieux ; notre place au sein de cette institution, qui nous mandate pour l’aide aux enfants qu’elle scolarise, nous semble moins précaire !!!.
Rosène de St Hilaire Responsable de la Commission Internationale

*********************

Compte rendu de la délégation de l’AFPS au 27e Colloque de l’ISPA :
26-31 juillet 2004 Université d’Exeter (GB)

La délégation de l’AFPS était composée de Rosène de Saint Hilaire (responsable de la commission internationale ) et de JC Guillemard (Secrétaire).

1.Activités associatives :
Les représentants de l’AFPS ont participé au Séminaire des responsables de l’ISPA (Leadership Workshop) avec les membres du Comité Exécutif, les présidents de commissions, les représentants des associations membres.
Le thème-en prolongement du séminaire de Nyborg (2002)- était : Quelle est la première priorité de l’ISPA ?
3 groupes ont été constitués qui ont ensuite rapporté la synthèse de leur discussion en séance plénière. L’idée majoritaire a été : maintenir et développer le colloque annuel de l’ISPA.
L’après midi, le séminaire a examiné 4 questions qui ont été traitées 2 par 2 dans 4 groupes , puis synthétisées en séance plénière .
• Comment utiliser le colloque pour promouvoir les missions de l’ISPA
• Comment faire pour que le colloque soit accessible aux PS des pays à faible revenu
• Comment construire le programme scientifique pour en améliorer la qualité et le centrer sur le perfectionnement professionnel continu.
• Comment impliquer davantage de personnes dans le travail des comités et faire que ce travail soit davantage mis en valeur pendant le colloque .
Le compte rendu du séminaire sera traduit et envoyé » aux membres du CA dès qu’il sera disponible (prochaine livraison du bulletin World Go Round prévu en septembre-octobre.)
Les représentants de l’AFPS ont également participé aux deux sessions de l’AG de l’ISPA et voté le rapport du Président, le rapport financier.
JC Guillemard , représentant de l’ISPA près de l’UNESCO a présenté le rapport du Comité de liaison ISPA-Nations Unies . Ce compte rendu est disponible pour ceux qui souhaiteront en prendre connaissance. Un groupe de travail sur le thème l’Education Pour Tous un défi pour les psychologues scolaires a été proposé aux participants du colloque.
Une session supplémentaire du Séminaire des responsables a eu lieu pour évoquer la future organisation de l’ISPA en vue du changement de l’équipe en charge du siège social à Copenhague (après 2006).
L’idée de désigner une secrétaire exécutif rémunéré (temps complet ou partiel), psychologue ou non, a été débattue. Un tel changement suppose aussi un changement géographique du siège social. Nous avons discuté avec les collègues danois (Elisabeth Jacobsen, actuelle Secrétaire Exécutive et Anders Poulsen Editeur de World Go Round, Lone Bjarkow, secrétaire ) qui pensent que nous disposons de quelque temps avant de mettre en œuvre un éventuel changement . Anders Poulsen met en garde contre l’installation du siège aux USA qui classerait définitivement l’ISPA dans la catégorie des organisations américaines.

Assemblée générale de l’ISPA. 2 sessions le mercredi 28 et le samedi 31.
La première partie a consisté en la présentation du rapport d’activité par le Président Peter Farrell et du rapport financier présenté par le Trésorier Gunther Schneider.
Ces rapports ont été soumis au vote dans la deuxième partie de l’AG et adoptés à l’unanimité.
L’appel à candidature pour le futur President-Elect a été lancé . Deux Américains ont pour le moment posé candidature (en fait les candidats sont désignés avec leur accord par un ou plusieurs membres : c’est la procédure de nomination)
Une délégation du Comité d’organisation grec a présenté le 27e colloque de l’ISPA qui se déroulera du 13 au 17 juillet 2005 à Athènes . Thème principal : Promouvoir le bien être des enfants et des jeunes : un défi pour l’école, la famille et le psychologue scolaire
La circulaire d’annonce est disponible sur le site Internet de l’AFPS. La langue officielle de travail est l’anglais mais les collègue grecs nous disent que des présentations en français (que de nombreux psychologues grecs maîtrisent mieux que l’anglais) seront possibles (mais sans traduction).
La commission internationale présentera une proposition de participation à ce colloque.
2.Activités scientifiques :
Il était convenu que les délégués de l’AFPS fassent une contribution dans le programme scientifique du colloque : Rosène de Saint Hilaire a présenté « Theoretical contribution to left handed pupils difficulties » (Quelques hypothèses théoriques quant aux difficultés de certains enfants gauchers, lors des apprentissages premiers ).
Jean-Claude Guillemard a présenté : « Education For All a challenge for school psychologists »(l’Education Pour Tous, un défi pour les psychologues scolaires) .

Environ 400 participants ont eu le choix entre différentes conférences plénières, dont :
Professeur Martin Covington de l’université de Berkeley Californie(USA) :
axe ses recherches sur les causes des ruptures définitives au niveau du collège d’un nombre important d ’élèves. Il en expose les hypothèses théoriques.
Professeur Helen Cowie de l’Université de Roehampton dans le Surrey directrice du centre de Peer (GB) est l’auteur d’un ouvrage sur les relations entre l’espérance de vie et contexte relationnel. Le thème de sa conférence porte sur les effets du tutorat exercé par ses pairs sur
l’ élève en difficultés.
Professeur Chryse Hatzichristou de l’université d’Athènes, directrice du centre de recherche et de pratique de la psychologie en milieu scolaire.
Elle présente les résultats de son travail sur les différentes formes que peut prendre l’aide apportée à l’élève en difficulté.
Professeur Alex Kozulin est actuellement professeur de recherche à l’institut de développement et de l’accroissement des potentialités, a Jérusalem. Il est considéré comme un expert au niveau du travail de Vygotsky. Sa conférence porte sur les effets de la théorie du milieu socio culturels dans les apprentissages.
D’autres interventions ont été suivies avec intérêt :
Nos collègues allemands Arthur Englbrecht et Hermann Meideger du service de psychologie scolaire de Bavière, continuent leur travail sur l’intervention en situation de crises et proposent
un symposium sur "les différentes modalités de prises en charge des personnes en situation de crises".
Quelques ateliers :
Theresa Coughan : Educational Psychologist GB.
Etude de données recueillis par questionnaires sur les causes du comportement des "enfants à risques" de 7 à 11ans.
Karin Elke Kruell à Goettingen All. Psychologue de l’enfant :
Dyscalculie:un défi pour le psychologue du 21ème siècle. (travail de recherche)
Christine E. DaleyPhD Clumbus et Anthony J. Onwuegbuzie Tampa Florida USA
La Dépression chez l’adolescent. Quelles réponses du système scolaire ?

Pour terminer parmi quelques posters,:celui de H.P. Trolledenier de Wuezbourg All :
Comparaison du démarrage de l’écriture auprès d’élèves gauchers de différentes cultures.

Le Workshop suivant (sorte d’atelier de 3 heures) a retenu mon attention. Il s’intitule :
De l’utilisation des cartes thérapeutiques dans le traitement des conflits, du stress et des traumas. Par Dr Ofra Ayalon. Centre de consultations deTivon Israel.
Les cartes sont des médiateurs thérapeutiques qui permettent d’exprimer ses affects et ressentis dans les situations pré citées.
Elles permettent de faire face dans un contexte d’écoute neutre.
Ces cartes facilitent l’accès aux sentiments les plus profonds et à la créativité de l’imaginaire. Ainsi elles deviennent un possible étayage à la construction du "soi" ou à sa reconstruction
puis à une insertion au sein du social.
Elles permettent au sujet de se reprendre en main, de s’exprimer, de trouver des stratégies, afin de surmonter et de faire face à la souffrance, au chagrin, au deuil.

Pour avoir expérimenté les effets de l’utilisation de ces cartes sur le sujet d’un deuil je vous en donne un rapide canevas.
Travail se fait en groupe de trois ou quatre personnes.
Les consignes suivantes sont données pour un travail de deuil.
Penser à une personne disparue qui vous était chère.
Choisir 5 cartes :
Celle qui me fait penser à cette personne en ce moment.
Celle qui montre mon attachement à cette personne (love)
Celle qui montre mes réticences par rapport à cette personne (dislike)
Celle qui indique comment elle était perçue par les autres
Celle qui indique comment je la percevais moi-même.
En groupe nous écrivons ce que nous dirions à cette personne aujourd’hui,
Choisir une autre carte pour symboliser le cadeaux que nous donnerions à cette personne. Ecrire ce que nous dirions aujourd’hui à cette personne.
Puis en parler au petit groupe. Restitution de ce travail en grand groupe.
Ce travail peut être mis en place pour les enfants, et traiter les problèmes relationnels enfant/famille,enfant/pairs, enfants/éducateurs...
========
Ceci peur donner une idée de la richesse et du foisonnement des interventions à caractère scientifique, qui malgré leur caractère inégal en rend le choix difficile.
Rosène DSH.

3.Point de vue des représentants de l’AFPS sur le colloque d’Exeter :
Rosène :
Ce colloque est le 5° auquel je participe.
Qu’en dire ? Qu’il a pour moi été positif dans la mesure ou, participant aux " Leadership Worshops" le fonctionnement interne de l’ISPA et ses objectifs m’ont semblé plus accessibles.
Les prestations scientifiques étaient de valeur inégale comme habituellement. (J’en dirais plus dans un cours article dans "Echanges) ,Le "deal" d’ une connaissance correcte de l’anglais est bien sur posé. Ce "dickat "m’a contraint d’en améliorer mon niveau, vais-je m’en plaindre ?.
Par contre le prix de l’inscription me semble lourd ; il est compens,é je l’espère par le fait que les échanges d’idées avec nos collègues au niveau international permettront l’évolution positive des mentalités des psychologues enfants. C’est pourquoi j’y adhère.
Jean Claude a déjà expliqué le fonctionnement interne des différentes commissions, je n’y reviens pas. Nos collègues anglais ont fait au mieux pour l’accueil, je n’ai rien à en redire (Les limitations budgétaires, actuellement communes à de nombreuses associations ,ont peut être débouché sur la pertinence des quelques remarques restrictives avancées par Jean Claude).
Donc:un colloque intéressant avec des relations privilégiées avec nos collègues Européens, ce qui permettra peut être d’ équilibrer l’ influence outre Atlantique très prégnante !!!

Jean-Claude :
Le colloque de l’ISPA à Exeter (le 20e auquel je participe) se situe dans l’honnête moyenne des réussites de l’ISPA. L’organisation par un service professionnel (l’Université d’Exeter ) fait perdre de la convivialité et de la complicité entre visiteurs et organisateurs (ce que nous ont souligné plusieurs participants qui avaient bien apprécié Dinan) sans gagner pour autant en efficacité : le professionnels connaissent leur job mais pas leurs clients psychologues scolaires .Les psychologues responsables de l’organisation n’ont pas le même type de relations avec des travailleurs rémunérés qu’avec des collègues. On ne peut pas leur demander de se lever à 5H du matin pour aller chercher un congressiste perdu à l’aéroport ou d’héberger chez eux en catastrophe un psychologue dont la chambre réservée a été attribuée à un autre...Si le Comité d’organisation a moins de soucis, le prix à payer est élevé et grève terriblement le budget.
Les caractéristiques des colloques ISPA, multiplication des contacts, développement des relations professionnelles et amicales, décontraction des groupes d’interaction ; ; ;étaient au rendez-vous.
Le cadre du campus d’Exeter est magnifique bien que très pentu et demandant des qualités physiques, et participait de la qualité des contacts inter-sessions .
Un reproche cependant, l’éloignement de la ville (encore une différence avec Dinan)
Qualité du programme scientifique : Comme souvent, impression mitigée. Peut-être qu’un psychologue débutant (dans la profession et dans les colloques internationaux) y trouverait davantage son compte que moi.
L’absence de traduction simultanée (dont on connaît le prix exorbitant ) prive aussi d’une partie des informations .Colloque après colloque je rappelle qu’il faut dire aux intervenants qu’une moitié, voire les deux tiers de participants maîtrisent mal l’anglais et peuvent ne rien comprendre pendant une heure de conférence. Que l’humour -dont sont coutumiers les intervenants anglo-saxons- est la chose du monde qui passe le plus mal d’une culture à une autre , rien n’y fait...Autant je suis prêt à faire des efforts pour discuter avec un collègue peu performant en anglais, autant je supporte mal l’incompétence pédagogique de certains intervenants -dit internationaux- qui se croient devant leur public d’étudiants à Memphis(Tennessee) ou Birmingham(UK). Les étrangers qui fait leurs études et une partie de leur carrière aux USA sont (souvent) encore pire que les « natives ». Sur les 6 conférences plénière , je n’en ai suivi que 4 dont une m’a endormi. Pour les autres sessions j’ai surtout suivi celles en relations avec mes intérêts du moment : psychologies scolaires « exotiques » , du « 3e type » pour reprendre l’expression d’une collègue du Bangladesh et les interventions portant sur les populations socialement défavorisées , les minorités ethniques....

Rendez- vous est déjà pris pour le prochain colloque de l’ISPA.
Il aura lieu à ATHENES du 13 au 17 juillet 2005.
La première circulaire est disponible sur le site Internet de l’ISPA : www.ispaweb.org et www.erasmus.gr

*********************

A propos de la 16ième "Bundeskonferenz fur schulpsychologie"
du 06-10 septembre 2004 à Nuremberg. Allemagne.
Rosène de Saint Hilaire, représente L’AFPS.
(Responsable de la Commission Internationale)

A la suite de nos précédentes relations avec nos collègues allemands : Colloque de Mayence septembre 2002, où l’AFPS était représentée par Eva Unterlass, il a été possible de maintenir ces relations grâce à l’effort conjoint de l’AFPS et du Comité d’Organisation de la Bundeskonferenz.
Sur le thème de :
L’Ecole au carrefour des apprentissages Cognitifs, et Socio- Emotionnels,
Professeur Elsbeth Stern a inauguré le 16ième Congrès (Bundeskonferenz) en proposant des modalités d’intervention tant psychologiques que pédagogiques, auprès des enseignants, déstabilisés par le désintérêt massif des enfants en panne du goût d’apprendre.

Erika Voigt bien connue de nos collègues de L’ISPA nous a proposé une conférence sur les droits de l’enfant en Allemagne. ; l’historique et l’état actuel de ces droits dans les différents Landers.
Les interventions scientifiques étaient nombreuses et riches d’enseignement, aux dires des participants.
Environ 300 psychologues assistaient au Congrès de Nürnberg. Etaient présents un psychologue d’Australie, les psychologues d’Allemagne, et une psychologue de France.

Il m’a été possible d’intervenir au moment de la l’Assemblée Générale d’Ouverture, d’y saluer nos collègues au nom de l’AFPS, de les informer et de les convier au prochain congrès AFPS à Lille.
Ce congrès a été tant un moment d’échanges que de reconnaissance réciproque de l’importance de notre fonction au sein de l’éducation
Rosène DSH

************************

L’esprit olympique représenté par les enfants.
L’Institut de recherche de psychologie en milieu scolaire, du Département des Sciences Humaines de l’ Université d’Athènes, en coopération avec l’association internationale de psychologie en milieu scolaire,(ISPA) a mis en place un programme appelé :
" l’esprit olympique représenté par les enfants ".
Le but de ce projet était de sensibiliser les enfants et les adolescents aux contenus et aux enjeux de ce concept.
Des enfants de différents niveaux scolaires et culturels : (maternelle, élémentaire, secondaires, écoles ordinaires ou spécialisées ) étaient invités à exprimer soit par le dessin, la peinture ou l’écriture (poèmes, essais...), leur représentation du concept de jeux olympiques.
Le psychologue avait dans ce projet, le rôle de coordinateur.
Responsable de la Commission Internationale depuis le Congrès de Marseille, il m’a semblé opportun que nous répondions à la demande de nos collègues grecques, même si ce type de travail ne semblait pas a priori concerner nos missions premières : ceci afin d’affirmer que nous sommes sensibles à une action internationale, s’adressant à la créativité de l’enfant, et que notre association est adhérente à l’ISPA.
Quelques écoles ont accepté de participer à ce projet malgré une échéance de fin de projet assez limitée (4 mois),
Certains enfants se sont exprimés à travers les poèmes et essais qui ont été traduits. D’autres ont choisi le dessin, la peinture, des panneaux collectifs.
Cinq réalisations ont été primées ; elles sont éditées dans un ouvrage collectif qui les rassemble. Chacun des enfants recevra cet ouvrage.
Des diapositives projetées pendant le colloque d’Exeter, nous ont donné un aperçu du travail énorme de collecte et de classement réalisé par nos collègues de Grèce.
Ces travaux seront exposés pendant le prochain colloque ISPA à Athènes
( du 13 au 17 Juillet 2OO5)
Rosène DSH
=================================================================
Traduction du courrier de nos collègues grecques.

Les élèves et étudiants des 21 pays suivants ont travaillé au projet olympique :
Albanie, Australie, Autriche, Brésil, France, Allemagne Danemark, Grèce USA, Japon, Israël, Italie, Chine, Chypre, Grande Bretagne, Hollande, Liban, Russie, Slovénie, Espagne, et Turquie.

Tout en étant de différent niveau d’études, ils se sont exprimés tant à travers les arts picturaux que la littérature(peintures, constructions de mosaïques, poèmes, essais), afin d’exprimer dans leur registre personnel, les valeurs et les idéaux des jeux olympiques.

Plus de 17000 œuvres ont été évaluées par un comité d’experts venant de différents milieux : Artistiques, esthétiques, psycho- éducatifs, afin que les œuvres sélectionnées soient publiées dans une édition spéciale.
Il est à noter que ce projet a été rendu possible grâce aux contacts Internet, avec les pays participants. De plus une exposition des œuvres sélectionnées a lieu actuellement au centre culturel de la ville d’Athènes., du 5 août au 30 septembre (durant les jeux paralympiques).,

Cette exposition est organisée avec l’appui et en coopération du ministère de la culture de la Grèce et du Secrétariat à la Jeunesse.

Il convient de remarquer qu’elle fait partie du programme culturel des jeux olympiques de la municipalité d’Athènes depuis juillet 2004.

Nous avons été extrêmement touchés par le fait que tant de personnes de pays et de milieux différents, aient accepté de participer à cette expérience.
Chacun dans son propre registre y a amélioré son travail, tant au niveau du cognitif que celui de l’émotionnel.
Nous souhaitons exprimer nos remerciements les plus chaleureux tous les enfants qui ont participé au projet.
Nous remercions également à tous les collègues, amis et les professeurs pour leur soutien précieux et leur coopération.

Sissy Hatzichristou, Yiota Dimitropoulos, Katerina Lampropoulou,
De l’Université d’Athènes

**************************
Revue de l’Association Suisse de Psychologie de l’Enfance et de l’Adolescence - ASPEA
n° 2/2003
(Zeitschrift der Schweizerischen Vereinigung für Kinder- und Jugendpsychologie - SKJP)
traduction et adaptation : Eva Unterlass

« Psychologie & Education », la revue suisse a fait peau neuve lors de la parution de son 2e numéro de l’année 2003.
Ses nouveaux rédacteurs en chef se plaignent du peu d’investissement des membres de leur association dans le fonctionnement de la revue.
A partir de ce numéro, chaque exemplaire traitera d’un thème spécifique. Dans le cas de celui que nous venons de recevoir il s’agit du rapport entre réussites scolaires et origines sociales des élèves.
L’un des articles traite de :

L’expérience des limites comme facteur de développement de l’enfant (Grenzen stimulieren Entwicklung) par Dr. Martin INVERSINI, psychologue d’enfants et d’adolescents.

L’auteur met l’accent sur des limites donnant sens aux règles de vie en communauté.
L’école est un des 1ers lieus où les enfants peuvent montrer un certain nombre de capacités spécifiques concernant la vie en groupe avec ses règles et limites.
Les adultes qui souhaitent les soutenir dans l’acquisition de ces capacités doivent les aider :
• à faire des expériences de réussite,
• en les guidant et non en les punissant,
• à construire des repères psychologiques et sociaux,
• à favoriser la collaboration école - famille.
L’auteur développe son point de vue en soulignant que l’être humain ne peut exister sans relation avec les autres.
Parfois, il peut y avoir conflit entre son besoin des autres, ses propres caractéristiques et sa façon de les exprimer.
Pour surmonter ces difficultés et diminuer les tensions qui en découlent, on pose des règles et limites qui rendent les choses prévisibles et servent de repères.
Ainsi la vie en communauté nous rassure et nous limite.
Au commencement, père et mère représentent le monde extérieur pour l’enfant. La régularité et la fiabilité de la relation qu’ils tissent ensemble va apprendre à l’enfant les liens entre cause et effet ainsi que ses propres possibilités d’interaction.
Afin de développer le sentiment d’exister, celui d’identité secure et de responsabilité, il faut impérativement faire l’expérience d’une relation première fiable.
C’est cette expérience qui permet d’envisager un avenir attractif, de faire des projets.
L’enfant qui n’a pas appris à se fier à ce type de relation régulière ne peut avoir confiance en ses capacités ni en l’avenir car il lui manque la confiance fondamentale de base qui nous garantit que nos actes du moment ont des conséquences dans le futur.
Il remplacera alors cette attitude par la recherche de satisfaction immédiate des besoins.
Si il reste néanmoins en mesure de limiter et de différer un certain nombre de satisfactions immédiates, il se crée des ouvertures sur l’avenir et la suite de son développement.
L’avenir est fait de besoins, de désirs, de passions, d’attentes, de responsabilités... On apprend ainsi sur ses limites et a tout intérêt à en tenir compte.

L’école en tant qu’institution constitue une étape obligatoire dans la vie de chacun dans le monde occidental. L’auteur nous parle de trois de ses caractéristiques évoquant des règles de vie et des renoncements personnels :
• l’école (l’instruction) est obligatoire ; échecs et réussites y sont traités publiquement et dans le groupe,
• la transmission des savoirs s’y fait selon des règles qui peuvent différer des expériences antérieures des individus concernés qui devront néanmoins les accepter,
• l’école oblige les élèves à exécuter des consignes ( différentes du jeu libre qui prend en compte surtout les motivations et intérêts personnels des individus).

L’environnement social, extérieur à l’école, est décrit par l’auteur en contradiction avec les règles et principes scolaires.
L’école pourrait aider à mettre en place des ponts entre le monde tel qu’elle l’enseigne et un avenir plutôt virtuel. Ce pont serait fait de confiance en ses professionnels qui auraient à tenir compte et à réfléchir à la mise en œuvre de « 4 maximes » :
1 * la réussite renforce la confiance en soi : celle des enfants, celle des enseignants et celle des parents. Il ne faut jamais oublier que la réussite se provoque en ce sens qu’il faut accepter comme point de départ des acquis à faire de l’endroit où se trouve l’enfant au moment de la rencontre avec l’adulte censé l’aider.
La réussite qui en découle rassurera le sujet et les différents intervenants. Une personne sûre d’elle est plus ouverte, plus souveraine et supporte la difficulté.
2 * L’adulte a pour fonction de guider et d’accompagner les enfants à travers des situations difficiles. Il fournira de l’aide mais saura, si nécessaire, mettre des limites pour éviter des conséquences irréparables.
3 * Les élèves ont besoin d’apports sociaux et psychologiques spécifiques. L’instruction « pure » n’est pas transmissible : il y a un contenu ET un contenant. Ceci fait que l’enseignant ne peut pas partir simplement d’une discipline sans penser à la façon de la transmettre.
4 * Il semble de plus en plus indispensable d’aménager des ouverture pour la présence des parents à l’école ; non comme si il s’agissait d’élèves supplémentaires à instruire mais comme partenaires du processus éducatif. La clarification des attentes et l’échange autour de préoccupations communes pourraient rapprocher école et parents.
L’auteur conclue en exprimant que les parents sont à inclure et à responsabiliser dans l’école de son pays, la Suisse.
Selon M.Inversini, c’est un domaine où presque tout reste à faire.

Note de lecture sur le journal de la National Association of Schoool Psychologists (USA)
La révision de la loi sur les personnes handicapées a été signée en décembre 2004 par le PrésidentBush . IDEA1997 (Individuals with Disabilities Education Act) faisait l’objet d’une procédure de révision par le Parlement (Congrès + Sénat) américain et depuis deux ans a donné lieu à un vaste débat entre les partenaires que nous pourrions envier en France .
L’Association Nationale des Psychologues Scolaires (NASP) a largement influencé ce débat et ses membres se sont beaucoup impliqués.
Le point de départ du débat et de la révision ont été les conclusions de la Commission présidentielle sur l’excellence en éducation spécialisée parue en 2002 qui insistaient sur :
• L’intervention précoce,
• Les résultats scolaires des élèves (plutôt que le QI)
• Le choix des parents
• La réduction de la « paperasserie » administrative
La NASP revendiquait les moyens nécessaires susceptibles d’améliorer la vie des élèves handicapés et la prise de conscience par l’opinion publique du rôle que pouvaient jouer les psychologues scolaires en tant que personnes-ressources dans ce domaine .
Un des points cruciaux dans la nouvelle version de la loi concerne l’identification de l’élève présentant des troubles spécifiques des apprentissages .Alors que l’ancienne procédure (depuis la première version de 1975) définissait le trouble des apprentissages (learning disability) par un décalage entre les capacités exprimées en termes de QI et les résultats scolaires , la version actualisée demande aux LEA (Local Education Agencies) d’appuyer les procédures d’identification sur les recherches scientifiques établies . C’est une évolution considérable qui implique la mise en œuvre de nouveaux modèles d’évaluation éliminant pratiquement le dogme du QI. En effet, si le législateur autorise le LEA à utiliser l’ancien modèle , il les invite à le faire en tenant compte des recommandations concernant la relativité des informations fournies par le QI et que ces informations soient situées dans le cadre plus large des compétences individuelles de l’enfant évaluées par plus d’un test .
La loi encourage le développement de recherches qui fonderont les procédures d’identification mises en place par les états .
Un partie de la loi concerne les problèmes de discipline notamment dans des cas exceptionnels (unique circumstances) lorsqu’un enfant présentant un handicap ne respecte pas le règlement intérieur . L’exclusion et le changement d’établissement prévus dans les cas où un élève sans handicap viole le règlement intérieur s’applique à l’élève handicapé à l’exception des cas relevant du code pénal (Criminal Code) impliquant l’usage d’armes, explosifs, drogues, violences corporelles . Toutefois l’équipe éducative doit déterminer si le comportement incriminé peut être mis en relation directe avec le handicap ou s’il résulte d’un programme individuel d’éducation (IEP) mal adapté au cas de l’enfant.
L’obligation de révision des décisions (de programme ou de placement) s’impose tous les 3 ans sauf si les parents et la commission (LEA) estiment que cette révision n’est pas nécessaire .La nouvelle loi insiste beaucoup plus que l’ancienne sur la prévention afin d’éviter les signalements inutiles . Cette prévention s’exercera notamment en dernière année d u Jardin d’enfants .C’est aussi dans la perspective de prévention qu’un soin particulier doit être apporté à l’examen de la sur-représentation des enfants issus des minorités parmi les enfants signalés et dans les structures spécialisées .
Enfin des changements importants ont été apportés dans la construction et l’évaluation régulière des programmes Individuels d’Education , et dans le rôle de l’équipe éducative .
La NASP tout en émettant des réserves sur certains points de la loi révisée , la juge globalement positive et se félicite des clarifications qu’elle apporte .Les commentaires sur la lois vont se poursuivre au Congrès de la NASP (29 mars-2 avril 2005) à Atlanta .

JC Guillemard (Commission Internationale AFPS)

Travaux de la commission internationale de l’AFPS.
Bilan financier du colloque d’Exeter :
Le budget de la commission internationale (4000Euros) avait prévu un prévisionnel de 3000Euros pour le colloque d’Exeter dont 1800Euros pour la participation de deux délégués AFPS et 1200 Euros pour des bourses internationales .
Les frais des représentants s’établissent comme suit :
Inscription et logement : 1080Euros
Trajet +Repas non inclus dans l’inscription : 720 Euros
Total : 1800 Euros
Il n’y a pas eu de candidat pour les bourses ce qui pose le problème soit de la présentation qui en est faite, ou de la motivation de chacun à ponctionner son capital vacances !
Déclaration au CA. : A propos de la politique internationale de l’AFPS .(JCGuillemard secrétaire de la Commission Internationale)

A ce jour ( et depuis 1990 où s’est terminé le mandat de l’un d’entre nous) l’AFPS ne s’est pas donné les moyens de participer à la compétition pour entrer dans le Comité Exécutif de l’ISPA. Ceci est dommage car une position sur la scène professionnelle internationale est un facteur important de reconnaissance pour l’association nationale ainsi représentée. L’AFPS ne manque pas de personnalités ayant les qualités nécessaires et suffisantes pour postuler à des responsabilités internationales, mais il manque (probablement) à ces personnalités la maîtrise d’un anglais basique pour pouvoir travailler efficacement dans une équipe internationale. Il y a en effet du travail qui consomme du temps et de l’énergie et qui demande aussi de savoir s’organiser pour se rendre disponible au delà de ses activités et contraintes habituelles.
Ce sujet est il assez important pour que :
1. la commission internationale soit mandatée pour élaborer un projet motivant pour disposer d’un ou plusieurs personnes susceptibles de prendre date pour une nomination .
2. le CA discute ce projet et donne les moyens de sa réalisation .

Le 12 septembre 2004.
Rosène de Saint Hilaire
JC Guillemard.

Ordre du jour pour la réunion préparatoire au CA du 15/10/04

Présent(e)s : Francine Corman - Jean-Claude Guillemard (Secrétaire)
Rosène de Saint Hilaire, (Responsable)-Véronique Le Mézec - Eva Unterlass (Membre Hors C.A )

1.Préparation de la Lettre internationale, Novembre 2004
.2.Colloque de l’ISPA à Exeter. Mandatés :Rosène, Jean-Claude
Bref compte rendu de notre secrétaire.
A discuter : l’obligation d’une intervention en anglais pour tous, boursiers ou mandatés. Un peu lourd, un peu stressant sur le long terme. Qu’en pensez-vous ?
L’attribution d’une ou plusieurs bourses ; à quelles conditions ?
Discussion : difficile d’imaginer une intervention dans une autre langue que l’anglais à un colloque ISPA sauf traduction prévue sinon on risque de se priver d’une audience internationale.)

3. Participation au congrès des psychologues allemands. Mandatée : Rosène
Bref compte rendu ; relations à privilégier avec nos collègues allemands.
Sont informés de notre futur congrès de Lille. Compte rendu dans la Lettre Internationale

4. L’esprit olympique. Suite et fin. Article dans la lettre internationale .

5. Projet de programme européen dans le congrès national à Lille 2005.
A voir avec le CA . Des propositions ?
(Sélectionner un thème penser à des intervenants ). Publication d’un cahier pratique avec le compte rendu de la table ronde au congrès de Marseille à présenter à la commission publications .

6. Contact avec nos collègues du Liban et de Russie.
Expéditions de documents ; sans suite même après relance.

7. Analyse de dessins d’enfants afghans ?
8. Participation à la commission Publications, de certains membres de la Commission Internationale.
9. Délégation au colloque de l’ISPA à Athènes
10. Trouver en région parisienne , un adhérent membre de l’ISPA susceptible de m’accompagner à l’UNESCO (Jean-Claude ) et, à terme, prendre la succession comme représentant de l’ISPA à l’UNESCO et responsable de la commission des relations ISPA-Nations Unies .

BUDGET PREVISIONNEL 2005.COMMISSION INTERNATIONALE
A Proposer au CA de l’AFPS d’ Octobre 2004.

Commission internationale Compte rendu de la réunion des 21 & 22/ 01/ 2005 à Rennes
Organisation d’une table ronde européenne à l’occasion du congrès national de l’AFPS Lille 2005.
Etaient présents : Corman F, De Saint Hilaire R, Guillemard JC, Le Mezec V.

Intervenants déjà contactés
Valérie Davis : Grande Bretagne
Brend Joetten :Allemagne Ex président
Béatrix Malsch ALL
Elfriede Mittag. Présidente de la Bundest Association
Paul Schmid : Suisse secrétariat de l’association Suisse des psychologues.
Attente de réponses et nous limitons le nombre des intervenants à 6.
Nous avons souhaité
-que le président de l’AFPS présente la table ronde et ses perspectives ;
-ainsi que la présence d’un représentant européen si possible référent de la commission éducation. Des démarches vont être entreprises dans ce sens.
-un intervenant français AFPS,pas encore pressenti.

Dédommagements des intervenants : 2 nuits maximum + les repas (sur le budget de l’organisation du congrès) et si aide européenne participation au frais de déplacements.
Fonctionnement habituel :
De 4 à 6 intervenants disposant selon leur nombre de 20 à 30mn pour exposer sur un thème commun + un modérateur.
Durée 3 heures l’après midi du vendredi 16 septembre 2005.
Selon les pré - inscriptions recueillies par le comité d’organisation, la table ronde serait en plénière, ou en salle de 80, voire 40 participants.
Gestion des intervenants :
S’informer des besoins spécifiques
Confirmer leur hébergement
Aller les chercher à la gare
Les accompagner la journée de l’intervention
Dîner le soir de leur arrivée
Déjeuner du vendredi à partir de 11H30, rapide et pas trop éloigné.

Autres questions :
• Participation au 27e colloque à Athènes (13-17 juillet) .2 représentants (Rosène + un 2e représentant à désigner ) .Tâches à accomplir : Participation au Leadership workshop (jeudi matin et après midi) , aux deux assemblées générales, aux groupes d’interactions, à une ou plusieurs réunions de comités (dont comité européen , responsable Helen BAKKER). Intervention dans le programme scientifique (plutôt poster qui demande moins de préparation).
• Les diplômes européens de psychologie : la commission souhaite que l’AFPS par l’intermédiaire de la commission formation s’interroge sur les diplômes européens de psychologues et en particulier ceux de l’Education. Voir échanges de courrier entre Jean-Claude et Helen Bakker (responsable de la commission européenne de l’ISPA)
• Budget prévisionnel 2005 amendé
• Préparation du n°18 de la Lettre Internationale de l’AFPS (Echanges de juin) Faire préciser à Maïté la date de parution et la date limite d’envoi mise en ligne de ce n°
• Edition d’un n° des Cahiers pratiques avec les textes de la table ronde européenne de 2003. Jean-Claude propose le manuscrit à Richard pour accord . Si ce document pouvait sortir avant le congrès, il constituerait une bonne promotion de la table ronde 2005.

BUDGET PREVISIONNEL 2005.COMMISSION INTERNATIONALE
La Commission Internationale propose
que le CA de l’AFPS budgétise 2 bourses de 1250 euros chacune (correspondant à une prise en charge complète des frais engagés-voyage, inscription, hébergement- selon recommandations du CA d’octobre 2004) afin que les adhérents de l’AFPS puissent participer au colloque dans les conditions énoncées dans Echanges n° 65 Janvier 2004. appel à candidature à faire paraître dans Inforapides rendant compte du CA. Sélection des candidatures 15 avril (date limite des inscriptions à tarif réduit : 30 avril)
Autre remarque:Représentation internationale de l’AFPS par son président :
Richard est-il intéressée par une représentation de l’AFPS au colloque ISPA d’Athènes ?
Certains membres de la commission posent la question de savoir quel budget remboursera les frais engagés : Commission internationale (le Président étant le 2e représentant figurant au budget prévisionnel) ou Frais de Représentation lié à la fonction de président ?
=============================================================

Argumentaire Table ronde européenne
===================================

FIGURES DE LA PSYCHOLOGIE A L’ ÉCOLE EN EUROPE :
- QUELLES PERSPECTIVES ?
- L’ECOLE UN LIEU DE BIEN TRAITANCE ?

Il s’agit d’exposer
1- les politiques éducatives des pays européens représentés

2- les missions attribuées aux psychologues en milieu scolaire,

afin de développer auprès de l’enfant et des adultes de la communauté éducative les conditions d’une bien-traitance institutionnelle
(Pays sollicités : Allemagne, Belgique, France, Grande Bretagne, Suisse, Représentant de l’Union Européenne).

Prochain n° 18 . Il n’y aura pas de parution en juin 2005 en raison de la suppression du n° de juin qui aurait dû paraître à cette période . Prochain n° dans Echanges de septembre et sur le site Internet

Contact : Rosène de Saint Hilaire : dsh@wanadoo.fr
Jean-Claude Guillemard : jc.guillemard@wanadoo.fr