Wednesday 28 October 2020

COVID-19 Ressources et Conseils

Concours Psy-EN , statut et missions

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, formations

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Offres d’emploi

Vous êtes ici : Actualités >

La lettre de l’AFPEN 2020-4 de juillet est parue

samedi 4 juillet 2020


Editorial de Laurent Chazelas et Sommaire

Nous Conter fleurette

Enfin l’Été ! Période qui fleure bon les vacances, le repos, le temps libre et choisi après une longue année de labeur. Rythme classique, programmé, reposant. Mais 2020 ne ressemble à rien de connu et de prévisible. Des temps nouveaux se sont succédé : fermeture des écoles en mars, continuité pédagogique avec l’école à la maison, réouverture progressive des écoles allant d’une scolarisation volontaire à une scolarisation obligatoire…une chronicité atypique qui bouleverse les habitudes et modifie profondément les rapports aux temps et à l’espace.
Le retour des écoliers lors des deux dernières semaines a eu comme vertu de terminer un cycle, clore l’année scolaire, remercier et dire au revoir à son enseignant.e , à ses élèves.
Après les peurs légitimes, voire les angoisses, liées à la crise sanitaire, la vie est revenue dans les écoles. Par leur capacité à s’adapter et la joie surtout de se retrouver, de jouer, les enfants ont ainsi contribué à estomper cette drôle de période où chacun, chacune, s’est retrouvé.e confiné.e dans des conditions extrêmement diverses. Difficile encore de mesurer à moyen et long terme les retentissements psychiques de ces moments passés tant pour les enfants que pour les adultes qui les élèvent ou les éduquent.

Mais un nouveau slogan vient interroger la période à venir : les vacances apprenantes. Certes, de nombreuses familles profitent généralement de l’été pour amener leur chérubin à découvrir, pratiquer mille et une activités comme un stage de voile, de théâtre, de langue, etc. Mais fallait-il vraiment énoncer une telle formule, presque un oxymore, au risque de rajouter encore de la confusion ? D’autant que l’on ne connait pas l’évolution de la crise sanitaire et les conditions pour la rentrée prochaine.

Cette crise est venue réinterroger l’apport et la pratique de la psychologie à l’école. Souvent, dans nos sociétés hypermodernes, qui dit crise dit intervention de cellules psychologiques, et notre ministère, en écho des conseils et analyses fleurissants dans les médias, est venu nous conter fleurette, nous solliciter par la voix même du ministre. Par nos actes professionnels et les boussoles théoriques et pragmatiques qui nous orientent, nous avons pu faire valoir notre apport original avec sans doute une place donnée à des interventions collectives plus nombreuses qu’habituellement, au plus près des équipes. Loin du catastrophisme souvent fantasmé, notre présence fut encore une fois sollicitée et appréciée par le terrain et peut-être davantage qu’à l’habitude auprès de notre hiérarchie (avec des inégalités territoriales). N’hésitons pas à rendre compte de nos actions.

Mais il n’y a pas que notre institution qui nous fasse la cour. En effet, on compte sur nous dans un rapport que vient de remettre, au mois de mai, ladite Cour des comptes. Ce rapport, qui prend en compte une partie de nos missions et qui nous reconnait des compétences spécifiques notoires, réduit nos activités au champ de la « santé scolaire », champ trop restrictif souvent décrié par l’ensemble de la profession et qui peut faire craindre une approche médicalisante des difficultés apparaissant à l’École. Vous lirez plus loin l’analyse de ce rapport que propose l’AFPEN, critique avec certaines propositions mais ouverte bien entendue à des évolutions fonctionnelles.

C’est aussi ce que viendra interroger notre 27è congrès qui se prépare pour 2021 : l’identité et la fonction du psychologue à l’École. Et si vous y preniez la parole pour partager votre vision ? L’appel à communication dans les pages suivantes vous donne toutes les clefs pour rendre compte de votre praxis. Je voudrai terminer par remercier l’ensemble du conseil d’administration et l’ensemble des délégués départementaux qui ont fait vivre notre association au cours de cette année atypique. La crise sanitaire nous a mobilisés et, collectivement, nous sommes parvenus à être à vos côtés sans compter les heures passées, au service des enfants et des usagers de l’école. Nous ferons de même à la rentrée. Un grand merci à vous pour votre confiance. Comptez sur l’AFPEN pour poursuivre nos actions. En attendant, et compte-tenu d’une rentrée encore incertaine, laissez-vous conter fleurette pour l’été, et abandonnez-vous, à la rêverie, aux contes de fées : l’imaginaire est un registre psychique formidable.
Au nom du conseil d’administration, bon été à vous pour des vacances reposantes et épanouissantes !
Laurent Chazelas
Président de l’AFPEN
présidence@afpen.fr


Sommaire

Page 1 & 2 EDITORIAL

Page 3,4,5 VIE ASSOCIATIVE NATIONALE
Webinaire, Questionnaire, Cour des comptes, Revue de l’AFPEN, Congrès de Toulon

Page 6 & 7 RELATIONS PARTENAIRES
G10 , CeRéDéPsy, Collectif Rased, FNAME, AGSAS

Page 8 VIE INTERNATIONALE
UNESCO, ISPA

Page 9 COLLOQUES ET CONFERENCES

Page 10 IDEES LECTURE

Page 11 TEXTES OFFICIELS, ANNONCES

Lecture in extenso pour les adhérents CLIQUER ICI