Lundi 19 février 2018

Statut Psy-EN/Concours Psy-EN

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, conférences

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces

L’équipe de campagne de Nicolas SARKOZY a reçu une délégation du groupe des six.

dimanche 22 avril 2007

Une délégation du groupe des six a été reçu par 2 représetants UMP le mardi 17 avril .



Compte-rendu de l’entrevue groupe des 6 – UMP
Mardi 17 avril 2007

Présents :
pour le groupe des 6 : Hélène Facy, ACOP-F, Catherine Remermier et Robert Riquois, SNES-FSU, Françoise Dalia, SNUipp-FSU
pour l’UMP : Jean-Pierre Giran, député et responsable des questions éducatives, Patrick Dechin équipe N. Sarkozy.

Après la présentation du groupe des 6 et de ses revendications (service de la maternelle à l’université, statut pour les psychologues du 1er degré, maintien et développement des recrutements), les 2 représentants UMP posent des questions sur les équipes pluri-professionnelles à l’intérieur des établissements scolaires. Ils développent ensuite l’importance d’une vision globale pour l’école, le refus de « sectoriser » les problèmes, le souhait de confirmer chaque professionnel dans son rôle, sa fonction et sa légitimité.L’école est pour eux le lieu du repérage des dérapages et des décrochages, le lieu de la prévention et de la veille éducative par rapport aux élèves à problèmes. Selon eux, si l’Ecole est le lieu du dépistage, elle ne peut seule contribuer à ce qui est essentiel pour la société. Ils posent aussi la nécessité d’un « pilote », le chef d’établissement dont il faudrait revoir les missions. Ils mettent en avant la fonction de médiation du psychologue par rapport aux parents d’élèves.
Pas d’engagement précis dans le cadre de cette élection présidentielle mais des idées lancées : l’idée de la création d’un « grand service de la détection, de la prévention et de l’orientation » ( !), le financement des postes de psychologues de l’EN et de ce service qui pourrait être fait par redistribution (autres ministères, budgets ville et les collectivités territoriales, autres…), la remise à plat complète des missions y compris en consultant les différents rapports. Ceci serait la première choses à faire « Les statuts suivront d’eux-mêmes ».

De notre côté, nous avons développé les problèmes posés par les équipes de réussite éducative (confusion des rôles quand les interventions des psychologues contrat Borloo interviennent dans les établissements scolaires).. Nous avons précisé que les psychologues EN ne s’adressaient pas seulement aux élèves en grande difficulté mais aussi aux élèves qui traversent des périodes conjoncturelles difficiles ainsi qu’ aux élèves en situation de handicap et à tous ceux qui ont besoin de conseils pour leur orientation dans le second degré. La question des policiers dans certains établissements, la vision du rapport Thélot (externalisation du traitement de la difficulté) ont été critiquées.

Il n’y a pas eu vraiment de débat ou d’échanges sur l’orientation. Nous avons pointé les dérives actuelles : diminution drastique des recrutements des co-psy et surgissement d’une offre privée de bilans psychologiques ( ACODOMIA à 420 €).

Pour terminer l’entretien, les représentants UMP décident de faire une note pour le prochain meeting de campagne de leur candidat le 19 avril à Marseille.
La question du service public, des statuts et du financement ne préoccupe visiblement pas beaucoup nos interlocuteurs de l’UMP. Ils sont conscients du rôle essentiel des psychologues dans l’Ecole mais comment vont-ils le traduire ? L’entrevue n’est pas très rassurante de ce point de vue.

Compte-rendu rédigé par la délégation du groupe des 6