Mardi 16 octobre 2018

Statut Psy-EN/Concours Psy-EN

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, formations

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Edito Echanges N° 56

lundi 24 avril 2006


Le mot du Président

Journal Echanges n° 56 : Septembre 2001

Apocalypse now ...

Le pire, ce ne sont pas les images ; « folie », est peut-être le premier mot qui nous soit venu à l’esprit, même si professionnellement il y a longtemps que nous ne l’utilisons plus ; le pire c’est l’émotion quand elle n’est pas médiatisée par la parole.

La race humaine est une et chaque mort, quelle que soit sa couleur, sa religion, est une perte irréparable pour l’humanité toute entière. On a parlé de choc des civilisations, du combat de la démocratie contre l’obscurantisme, de lutte entre le bien et le mal...Face à l’inacceptable, que devient ma neutralité ? Face au fanatique qui veut mourir, y a t-il encore une parole possible ?

« Le respect de la personne est un Droit inaliénable ; sa reconnaissance fonde l’action des psychologues ». Face aux amalgames, aux vérités toute faites, aux manichéismes faciles nous allons devoir, plus que jamais avoir en tête ce préambule à notre Code de Déontologie.

Nous allons devoir prendre en charge les anxiétés, les angoisses liées aux inévitables bouleversements mondiaux, anxiétés, qui, bien sur, peuvent tout à fait être également les nôtres...Paradoxe.

Les semaines, les mois à venir auront bien besoin de la Parole. Déjà dans les écoles, nous avons été questionnés, sollicités par les enseignants, les familles, les enfants eux-mêmes. Nouveau Président de l’AFPS, j’avais prévu un édito sur le thème des cellules psychologiques mises en place à l’occasion des drames que l’actualité nous révèle ! ! ! Qui pourra penser aujourd’hui que notre place, dans l’école, auprès des enfants, n’est pas nécessaire ? Si les enfants que nous rencontrons apprennent à penser par eux-mêmes, ils éviteront les extrémismes ; nous aurons alors dépassé ce « complexe d’inutilité » dont parlait le journal « Libération » (28/07/2001), à l’occasion du colloque de l’ISPA, à Dinan.

Alain BRABAN

Note : L’AFPS a fait un courrier au Président de la NASP l’assurant de notre profonde compassion, dans ces moments particulièrement difficiles