Tuesday 22 September 2020

COVID-19 Ressources et Conseils

Concours Psy-EN , statut et missions

FORUM DE DISCUSSIONS

Déontologie

Congrès, colloques, formations

Vie associative

Vie internationale

Publications

Contributions des partenaires

Textes Officiels

Liens

EXPRESSION LIBRE

Agenda

La boîte à sigles

Archives

Annonces, Parutions

Offres d’emploi

Vous êtes ici : Publications > Fiches de Lecture >

BEN SOUSSAN, P. (2018). De l’art d’élever des enfants (im)parfaits. Toulouse, érès, collection 1001 BB.

mardi 1er janvier 2019


BEN SOUSSAN, P. (2018). De l’art d’élever des enfants (im)parfaits. Toulouse, érès, collection 1001 BB.

Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre à Marseille, a publié de nombreux ouvrages dont certains sur « le bébé ». Dans ce livre, au ton humoristique, voire satirique, l’auteur développe à travers une analyse des médias, du pouvoir d’Internet et des émissions de télé-réalité, ce qu’il advient de notre désir d’enfant, d’enfant « parfait ». Cet ouvrage est, selon l’auteur, « un anti-manuel de la parentalité appliquée » (p. 31).

Après une entrée historique, (J. J Rousseau), sur le désir d’enfant et qu’est-ce qu’être parent, Patrick Ben Soussan analyse le pouvoir de « meetic », site de rencontres, où l’idéalisation du couple à construire est au summum, puis il décrypte quelques enquêtes sur la parentalité, dont celle d’une journaliste américaine, qui montre que 70 % de parents interrogés ne le seraient plus s’ils avaient su avant. Est-ce si difficile d’être parent de nos jours ? Le désir existe toujours, mais savons-nous pour quoi nous désirons un enfant ? Pour qui ? Désirons-nous un enfant comme un objet consommable pour garantir notre bonheur futur à travers sa réussite ?

Les parents actuels ont des attentes gigantesques et l’enfant doit être source de leur bonheur. Selon l’auteur, le désir traverse les parents, porté par eux, non pour eux, s’il y a un projet libre, car de fait, « devenir parent est un fait de culture, fiché dans le politique, la langue et la pensée humaine ». Il poursuit par une définition du parent imparfait : l’imperfection, une condition incontournable pour donner vie à des enfants « imparfaits ». Rappelons-nous qu’un enfant parfait est semblable à un enfant imaginaire qui est en nous, mais dont on n’accouchera jamais ! Mais quand un bébé naît, notre accouchement de parent n’est pas sans douleur !

Depuis ces dernières années, le bébé est une personne, le bébé est une graine de star, le bébé est compétent et tout lui est permis et dû. Déjà, aux États Unis, certains bébés sont choisis en fonction de leur sexe, de la couleur des yeux et des cliniques spécialisées incitent les parents les plus aisés à choisir les meilleures compétences de leur progéniture. Avoir un enfant parfait, voilà le programme ! Être des parents parfaits mais surtout une mère parfaite, voilà l’objectif ! Affronter le quotidien, gérer son travail, les activités domestiques, les activités des enfants (école, sport, musique…) peut rapidement conduire à un « burn-out » maternel !

L’auteur insiste et ne croit pas au « burn-out » parental ! En effet, selon une enquête INSEE de 2015, seuls 1,5 % des pères sont au foyer et 4% ont pris des congés parentaux ! Ce sont les mères qui subissent la pression de la vie quotidienne afin que l’enfant réussisse sa vie future et rende ses parents les plus heureux possibles. Souvent sollicités, YouTube et ses conférences, la Presse et ses conseils accompagneront cet épanouissement total de l’enfant. Arrêtons de formater nos enfants d’aujourd’hui pour qu’ils soient parfaits, exaltons plutôt leur capacité créatrice et rappelons-nous les paroles de Françoise Dolto dans « La cause des enfants » : « ...la première naissance est comme pour tout mammifère le passage de l’état végétatif à un état animal, la deuxième naissance est le passage de l’état de dépendance animale à la liberté humaine du oui et du non, une naissance à l’esprit et à la conscience de la vie symbolique… ».

En fait les parents parfaits sont ceux qui travaillent, sans programme, à être heureux. Un livre à mettre dans toutes les mains !

Françoise ICHARD